On n’a pas pour habitude de faire des tops « putaclic » – disons racoleurs pour rester politiquement corrects – mais on avait envie de vous faire écouter ce qui passe sur nos enceintes par ces beaux jours. L’été est toujours une période de découvertes musicales. Encore plus lorsque l’on sort de deux mois de confinement, durant lesquels les artistes de France et de Navarre se sont retrouvés réduits au silence. On en a choisi dix parmi quelques centaines. Dix pépites qui sentent la crème solaire et le sable dans le maillot de bain.

Gisèle – Luidji

Le timbre de Tété au service du rap. Luidji laisse parler son flegme sur une instru feutrée pour tirer le portrait aussi sarcastique que brillant de Gisèle, allégorie de l’instagrameuse accaparée par le virtuel et les apparences. Du velours sur des dents de crocodile, et une mélodie ensorcelante issue de son premier album, Tristesse Business : Saison 1, paru l’année dernière.

Sur ma vie – Némir ft. Alpha Wann

Qui de mieux qu’un Catalan pour ensoleiller ton été ? Avec sa voix fluette et sa maîtrise des aigües très rare dans le milieu du rap, le MC de Perpignan inonde tes oreilles de soleil sur un rythme aux accents trap. Et il sait s’entourer, avec la présence du Don, venu prêter son feu à son pote de longue date. Attention aux feux de forêts… 

1.5 – Infinit’

On lui a rendu grâce il y a quelques semaines à l’occasion de la sortie de son deuxième album Ma vie est un film II. Le rappeur préféré de Christian Estrosi avait alors lâché une bombe qui résonne encore en juillet. Rythmée mais apaisante grâce à ses effluves de flûte de pan, la mélodie d’1.5 adoucit l’egotrip jusqu’à lui donner des allures de ciel bleu azur, les vagues se brisant sur les rochers saillants pour seul tumulte.

On dirait le sud – Set et Match

On remonte dans le temps pour un incontournable du rap estival. Set et Match se la joue Nino Ferrer pour présenter son sud, son chill et sa douceur de vivre. Les vacances entre potes ont leur hymne, avec pour points cardinaux l’amour, le sexe, la bière et l’eau salée, « perdus entre le futur et le carpe diem ». On aurait pu citer « C’est pas ma Faute » ou « Sunset », mais même en été, faut faire des choix…

Aéroplane – S-Crew

Un autre incontournable. On est en 2013, à l’époque de la popularité naissante de l’Entourage. A peine auréolé d’un succès fulgurant avec 1995, Nekfeu va en connaître un second avec la sortie de Seine Zoo, premier album du S-Crew, son groupe de toujours. Deuxième morceau du projet, Aéroplane est une ode à la douceur d’un été qui ne serait pas le même sans ces senteurs épicées qui permettent de s’en aller très loin sans quitter son transat.

Chillance – 5 majeur

Ce diable de Ken est décidément dans tous les bons coups lorsqu’il s’agit de se la couler douce. Cette fois, c’est en compagnie du 5 majeur (Fixpen Sill + Hors II portée) qu’il revient réhabiliter le droit d’avoir la flemme. Un son dont la douceur de l’instru et la nonchalance du flow feraient passer Orelsan pour un gosse hyperactif.

J’attends – Hocus Pocus

20syl est à n’en pas douter l’un des artistes (au sens large) les plus doués de sa génération. Membre de C2C, aussi à l’aise derrière les platines (quadruple champion du monde de scratch par équipe) qu’à la compo ou avec un mic à la main, ce génie polyvalent pondait 73 touches en 2005, premier album de son groupe Hocus Pocus. Sur la track list, « J’attends » est une ode à l’immobilisme. Quelques accords de guitare, une voix suave et apaisante, et te voilà en train de remettre à demain tout ce qui ne pouvait pas attendre.

91’s – PNL

Bon, d’accord, on repassera pour l’originalité. En plein cœur de l’hiver 2019, les deux frangins les plus cottés du game offraient un bain de soleil au rap français avec ce morceau aux sonorités funk qui nous transporte tout droit à Venice Beach. Le torse bombé et luisant, les ray-ban sur les yeux et les problèmes loin, très loin. Jamais sans le cocktail frais avec le petit parasol.

Casino – Ateyaba

Voilà maintenant 6 ans que les fans d’Ateyaba, anciennement connu sous le nom de Joke, attendent un signe d’activité de ce dernier. Alors, pour patienter, il nous reste ses trois premiers albums dont l’éponyme Ateyaba, sur lequel on retrouve « Casino ». Funky à souhait, ce morceau réunit les trois ingrédients de l’insouciance zélée d’un MC toujours en dilettante : ambition, argent et banditisme.

Mets la gomme – L’or du commun

Une petite touche étrangère venue tout droit de BX pour conclure. L’or du commun, ce sont les premières amours d’un certain Roméo Elvis. Un trio aussi talentueux que diversifié, qui nous invite à mettre la gomme pour retrouver les potos et flamber sur la plage sur une instru au rythme smooth mais non moins entraînant. Un juste milieu entre la dolce vita et la fast life. Un son pour s’échapper.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here