On joue la 82ème à Lviv et Sainté reprend tout espoir de qualification pour les phases finales de l’Europa League en menant 2-0 grâce à des réalisations de Khazri sur pénalty et du jeune Camara tout juste entré en jeu. 10 minutes plus tard, le tableau d’affichage indique 2 partout, les Verts ont tout gâché. Incapables de tenir un score face à une modeste équipe ukrainienne et voilà que les vieux démons stéphanois réapparaissent.

Et pourtant, comptablement, tout reste encore possible. Mieux encore, Sainté a même son destin entre les mains dans cette campagne européenne : si les Verts parviennent à l’emporter face à la Gantoise dans le Chaudron puis en Allemagne à Wolfsburg, ils seront sûrs d’être qualifiés. Néanmoins, vu le niveau de jeu affiché depuis le début de la Coupe d’Europe, il nous est légitime d’en douter.

Il est cependant indéniable que du mieux est arrivé depuis 1 mois, coïncidant aussi avec l’arrivée de Claude Puel. En championnat, le technicien stéphanois a tout de même réussi à prendre 10 points sur 12 possibles en recevant l’OL et Monaco et en se déplaçant à Bordeaux. C’est dans le jeu que les détracteurs se font le plus entendre, et comment ne pas leur donner raison ? Sainté, avec un effectif pourtant plus qu’alléchant sur le papier ne semble jamais en mesure de produire du jeu et ce même face à des équipes réputées comme bien plus faibles. Mais ces détracteurs, qu’attendaient-ils de Claude Puel ? Le nouvel Harry Potter qui en un mois fait passer Sainté de la 20ème place à une prétendante pour la Champions League tant du point de vue comptable que du jeu ? Peut-être bien, mais c’est tout simplement impossible : le chantier est bien trop important, à la fois sur le terrain et au niveau de la gestion.

Ce match nul rageant ramené d’Ukraine a bien-sûr fait l’objet de vives critiques qui auraient pu arriver avant si les Verts n’avaient pas arrachés des victoires sur la plus petite des marges, pas toujours méritées : deux victoires acquises dans les dernières secondes, dont une à Bordeaux s’assimilant à un véritable hold-up.

Néanmoins, aussi incroyable que ça aurait pu paraître il y a un mois de cela, les Verts pourraient se retrouver sur le podium à l’issue de cette 13ème  journée de Ligue 1. En effet, une victoire à Nantes combinée à des défaillances des équipes classées plus haut pourraient conduire les Verts à être dauphin du PSG (à égalité de point avec Angers) et donc relancer la course pour le titre (pas vrai).

Pour ce déplacement périlleux chez le 4ème de notre championnat cependant en perte de vitesse avec 3 défaites consécutives lors des trois dernières journées de Ligue 1, Puel devra se passer de Saliba, Fofana, Abi, M’Vila et Monnet-Paquet. Debuchy, Silva, Kolo et Perrin devraient donc être alignés, tout comme Youssouf, Aholou et Boudebouz. Devant, on devrait retrouver le très en forme Bouanga, associé à Khazri et Hamouma. A moins que Puel ne reconduise son 3-5-2 avec un éventuel retour de Moukoudi qui aura tout à gagner après un début de saison compliqué, et qui pourrait désormais profiter des blessures de Fofana et Saliba.

Une situation sereine dans un championnat très serré, pourrait surtout permettre aux Verts de jouer à fond les deux finales européennes qui les attendent fin novembre face aux Belges de Gent et éventuellement en décembre face aux Allemands de Wolfsburg. Une victoire à Nantes permettrait également aux Verts de tourner rapidement la douloureuse page ukrainienne.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here