À quelle date ?

Le premier casse-tête concerne le choix de la date de la finale. L’UEFA ayant recommandé aux différents pays européens de faire connaître leurs qualifiés en Coupe d’Europe au plus tard le 4 août, la FFF se doit de trouver un créneau pour disputer la finale avant cette date butoir, non pas pour le PSG déjà assuré de disputer la C1, mais bel et bien pour les Verts, qui en cas d’exploit face à l’ogre parisien, pourraient se voir reversés en Europa League malgré une piteuse 17ème place en Championnat.

Néanmoins, trouver une date pour disputer la finale avant le 4 août est loin d’être une chose facile pour la plus haute instance du football français : entre les recommandations gouvernementales, qui n’allaient pas dans le sens d’une reprise des compétitions sportives avant fin août, et les programmations télévisuelles telles que Fort Boyard, notre cher président de la FFF Noël Le Graët s’arrache le peu de cheveux qui lui reste sur la tête pour placer ce dernier match de la mythique Coupe de France, qu’il voudrait d’ailleurs poser en vitrine de la reprise du foot en France.

Les dernières nouvelles donnent une finale vendredi 24 juillet, sans que cela n’ait encore été confirmé par la FFF.

Quid des supporters ?

Alors qu’il y a peu, on se dirigeait en France vers un été très calme sportivement parlant, l’amélioration de la situation sanitaire semble faire bouger les choses. La France, qui est le seul pays du Big Five à avoir stoppé son championnat va peut-être être également le premier à reprendre avec du public dans les stades. Pas vraiment à la recherche de cohérence donc, les instances du football français avec en fer de lance la Ministre des Sports Roxana Maracineanu (bien qu’en guerre contre les groupes ultras en septembre dernier), Noël Le Graët (voulant stopper tout match de football lorsqu’un fumigène était allumé en tribune il n’y a pas si longtemps) et Nathalie Boy de la Tour présidente de la LFP, veulent tous voir reprendre le football avec des supporters dans les stades. Si l’idée est plus que réjouissante, mettant enfin les supporters au cœur du débat, reste encore à en définir les contours. Pour la finale de la coupe de France par exemple, combien de supporters pourra accueillir le Stade de France ? 5000,  20000, 30000 ou encore 80000 personnes ?

En cas de chiffre inférieur à la somme des abonnés des deux clubs, les clubs vont donc devoir faire le tri entre ceux pouvant assister à la finale au stade et ceux devant rester tranquillement dans leur canapé ? Difficile de se projeter, et nul doute que les groupes de supporters n’ont aucune envie de procéder à ce genre de sélection, l’ensemble d’entre eux boycottant le Groupama stadium depuis bon nombre d’années pour ces raisons. Espérons également que la sélection ne se fera pas par l’argent, écartant une nouvelle fois le peu d’aspect populaire qu’il reste encore au football.

Quid de la forme et des joueurs ?

Attaquer la reprise du foot en France par une finale Saint-Etienne-Paris, on ne va pas vous mentir, ça a de la gueule. Cependant, avec quels joueurs et dans quel état de forme vont pouvoir se présenter les deux formations ? À Paris comme à Sainté, pas mal de joueurs sont en fin de contrat et ne savent pas s’ils seront prolongés. Pour la première fois, des contrats de deux mois sont évoqués pour des joueurs comme Cabaye, Perrin ou encore Thiago Silva. Les joueurs prêtés ne seront pas de la partie au grand-âme de Claude Puel qui devra se passer de William Saliba, désormais en terre Gunners.

Concernant la forme des troupes, l’interrogation plane également : même si les Verts ont repris le chemin de l’Etrat la semaine dernière tandis que leurs homologues de la Capitale reprenaient aujourd’hui, le manque de rythme risque d’être flagrant. De nombreux matchs amicaux sont évoqués en juillet pour palier à cela, en espérant que le coronavirus ne nous jouera pas, encore une fois, un sale tour.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here