Initialement décalé au dimanche à 15h en raison de la manifestation des gilets jaunes du samedi (d’ailleurs interdite), la rencontre opposant les Foréziens aux Gardois a finalement été décalée à ce lundi 1er Avril à 20h30. Cette programmation « Ligue 2 » n’a pas manqué de faire réagir les supporters stéphanois, notamment les Magic Fans qui par le biais d’un communiqué ont manifesté leur mécontentement et on peut les comprendre : le printemps arrivant à Sainté, on pouvait s’attendre à belle affluence et une belle ambiance. Il n’en sera vraisemblablement rien, en tout cas concernant l’affluence car il sera très difficile pour les supporters expatriés et pour ceux qui travaillent de se déplacer dans le Chaudron un lundi soir. Et comme si cela ne suffisait pas, les Nîmois sont limités à 400 pour se déplacer alors qu’aucun incident n’avait été à déplorer il y a un peu plus d’un an, quand 900 Nîmois s’étaient rendus dans le chaudron (en mettant la pression sur le préfet, aidés d’ailleurs par leurs homologues stéphanois).

Côté terrain, on espère que tout sera plus clair et motivé. Les Verts restent sur une belle victoire à Caen et se doivent de confirmer à la maison pour prendre le bon tournant dans cette course à l’Europe. Avec le nul Olympien face à Angers, les Verts pourraient retrouver la 4ème place du classement. Les Nîmois peuvent quant à eux presque assurer leur maintien dans l’élite en s’imposant chez nous, chose qu’ils n’ont plus fait depuis 1971 (même Benjamin Nivet n’était pas né c’est pour vous dire). Méfiance tout de même puisque cette saison, les Crocodiles nous ont sorti de Coupe de la Ligue, et nous ont empêché de prendre les trois points en Championnat malgré une ouverture du score précoce de Cabella. La clé sera peut-être de profiter de la fébrilité Nîmoise hors de ses bases, puisqu’ils ont perdu 6 de leur 7 dernières rencontres à l’extérieur toutes compétitions confondues.

Comment ça va jouer ?

Comme précédemment indiqué, nous retrouverons notre ancien Gunner sur le flanc droit de la défense, mais pas notre Cap’tain encore convalescent. Khazri lui ne sera toujours pas là, purgeant son dernier match de suspension, tout comme Salibur, Monnet-Paquet ou encore Gabriel Silva tous blessés, ce qui devrait, comme en Normandie, faire de la place aux jeunes. De leur côté les Nîmois seront privés d’Harek, Landre, Alakouch, Depres et Thioub et seront eux aussi renforcés par leur jeunesse.

Gasset devrait reconduire le 4-2-3-1 qui a très bien fonctionné à Caen, offrant beaucoup de possibilités offensives comme nous l’espérions il y a quelques semaines avec des sorties de balle beaucoup plus rapides et vers l’avant, permettant de créer davantage de décalages et donc des occasions plus nombreuses. On voit le technicien stéphanois donner une nouvelle fois sa confiance à Saliba dans l’axe, pouvant pallier la lenteur de Subotic face à Bouanga ou encore Allioui. Pour le reste, Debuchy devrait faire son retour dans le 11 de départ qui ne devrait pas connaître d’autre changement. Vous connaissez le proverbe : on ne change pas un équipe qui gagne, alors difficile de changer une équipe qui met une manita…

(réalisée grâce à demivolee.com)

Du côté Gardois, le plus vieux des jeunes gardiens de la ligue 1 devrait garder les buts (Bernardoni), Briancon et Lybohy prendront l’axe central, épaulés par Maouassa et Paquiez sur les côtés. Le milieu à trois devrait être composé de Valls, Savanier et Ferri (dont le retour dans le Chaudron devrait étre assez épic), et enfin notre arrière garde devrait se frotter à Bouanga, Alioui et Ripart.

Je me souviens : ASSE-Nimes 2-0 7 janvier 2018

Pour une fois, ce n’est pas un souvenir très ancien mais tout de même assez marquant. En effet ce match face à Nimes en Coupe de France la saison dernière a marqué le renouveau stéphanois après le début de saison catastrophique.

Un renouveau qui avait des similitudes avec aujourd’hui : Beric par exemple qui faisait son retour dans l’effectif stéphanois après un prêt non concluant à Anderlecht (nos dirigeants préférant conserver Soderlund…) et qui marquait (le mot est bien choisi) déjà son retour. Celui-ci, pas toujours utilisé aura été diablement décisif dans cette seconde partie de saison en marquant 8 buts en 16 matchs et finissant à seulement une longueur de Cabella, meilleur buteur Forézien en championnat la saison dernière, en ne jouant qu’une moitié de championnat et encore ! 

Et pourtant, ça commence doucement, très doucement face à des Nîmois en pleine confiance et soutenus par plus de 900 des leurs. Le premier fait de jeu intervient à la 12ème minute avec un tacle très appuyé de Boscagli sur Silva. Le Nîmois est exclu directement, une aubaine pour les Verts… croit-on. Car ce sont les Nîmois qui vont dominer outrageusement le premier acte et c’est presque un miracle que de rentrer aux vestiaires avec le score nul.

Au retour des vestiaires, la réaction attendue n’aura pas complètement lieu notamment concernant la qualité de jeu contre une équipe de seconde division en infériorité numérique, mais les Nîmois s’endorment quelque peu et Beric en profite en reprenant de la tête un coup-franc de Cabella pour ouvrir le score, lui fraîchement revenu de Belgique et entré seulement 17 minutes auparavant (1-0, 63ème).

Beric délivre alors le Chaudron et ses partenaires puisque seulement trois minutes plus tard Bamba est à la réception d’un centre d’M’Bengue (oui oui vous ne rêvez pas), pour doubler la mise, bien aidé par les gants en peau de pêche de l’ancien de la maison Verte Valette (2-0, 66ème).

Nîmes est assommé et ne reviendra pas, Saint-Etienne s’offre alors une première victoire en 2018, prémisse d’une incroyable remontée, nous menant aux portes de l’Europe  en fin de saison. Bon, tout n’était pas parfait loin de là puisque 2 semaines après, on en prenait quand même trois à Metz avec des buts de Roux et Rivière…

Ce qu’on veut voir :

Une belle ambiance dans les tribunes : Nîmes peut souvent compter sur le soutien de ses supporters, même à l’extérieur. Mais toute cette ferveur ne plaît pas aux autorités qui ont encore décidé de limiter le déplacement à 400 supporters. Rappelons que l’année dernière plus de 900 Nîmois étaient venus encourager les leurs, certains se logeant même dans la tribune Henri Point sans qu’aucun incident n’ait lieu. Mais bon, en France on préfère voir les supporters devant Bein qu’au stade. Ce n’est d’ailleurs pas du goût du principal groupe de supporter Nîmois qui boycottera ce déplacement (un lundi, limité à 400, il faut dire qu’on leur a mis pas mal de bâtons dans les roues).

Néanmoins, les Verts pourront compter sur le retour du Kop Sud, fermé contre Lille (quand on parle de répression disproportionnée…)

Le même entrain qu’en Normandie : même si on a peut-être affronté la pire équipe de Ligue 1 cette saison, les Verts ne doivent pas en oublier leur belle performance, cela faisait longtemps que l’on n’avait pas vu d’aussi belles phases de jeu dans le collectif stéphanois. Et cette performance, Gasset n’y ait pas étranger en utilisant notamment nos jeunes pour combler les nombreuses absences.

Ce qu’on ne veut pas voir :

Le scénario des deux matchs précédents face à Nîmes : lors des deux matchs aux Costières cette saison, les Verts se sont fait rejoindre après avoir ouvert le score. La faute à un manque d’efficacité et surtout au fait que comme souvent les Verts se sont arrêtés de jouer. Le match face à Caen doit servir de déclic de ce côté-là.

Des blessures ou des suspensions : vous allez dire qu’on se répète… bah oui effectivement ! Même si les jeunes nous ont apporté grande satisfaction il y a deux semaines, notre centre de formation n’est pas illimité et dans une course à l’Europe il faut pouvoir compter sur tout le monde.

Notre prono : 2-1 pour les Verts !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here